199aaa_-_Copie.jpg

En 1919, le maire François Goiran décide de la construction en hommage aux morts de la grande guerre. Le projet (de style art-déco)de l'architecte Roger Séassal est approuvé en 1923 et est inauguré le 28 janvier 1928 par le maréchal Foch.

L'emplacement de ce lieu de mémoire choisi pour être à l'écart des voies de circulations pour le recueillement, tout en restant central par rapport à la ville.

L'hommage aux combattants de Nice morts pour la France pendant la 1ere guerre mondiale est adossé à la colline du château à Rauba-Capeù. Situé face à la mer, il est dans le prolongement de la pro

menade des anglais et surplombe le port.

L'emplacement laissé libre par la carrière qui à servit à construire les quais du port de Nice est aménagé d'une vaste esplanade bordée de stèles qui illustrent les différentes armes militaire avec, dans le fond deux hauts reliefs réalisés par Alfred Janniot. La guerre pour celui de gauche et la paix pour celui de droite qui encadrent l'aigle de Nice.

L'urne sur laquelle est gravé les noms des mort pour la France contient les 3665 plaques d'identité des niçois décédés.

Les cinq marches symbolisent les cinq années de guerre.

Le monument fait au total 32 m de hauteur.

Aujourd'hui sont gravés également les noms des victimes de la deuxième Guerre Mondiale, d'Indochine et d'Algérie ainsi que le nom du Capitaine de gendarmerie Daniel Brière tué en service par un chauffard à la grave de peille.

Adresse : Quai Rauba Capeu, 06300 Nice

 


Le lac du broc est une étendue d'eau artificielle située sur une ancienne exploitation de granula qui était en exploitation dans les années 50.

Situé au confluent du Var et de l'Estéron i

...

Construit dans la première moitié du 17eme siècle par la famille Vintimille-Lascaris qui était considérée par Charles Emmanuel II, Duc de Savoie, comme la "principalissima "des

...

Face au monastère de Cimiez, les arènes de Cimiez offre à la fois un lieu de détente et de loisirs avec son parc zéro pesticides comp

...

Construit dans la première moitié du 17eme siècle par la famille Vintimille-Lascaris qui était considérée par Charles Emmanuel II, Duc de Savoie, comme la "principalissima "des

...